Lumea Noua

Résumé - Séance 1
Le dino hargneux et les lutins des bois

Aventuriers présents : Amalia, Fenril, Fëaelda, Kyo, Yaël

Lors de cette séance, les aventuriers ont commencé leur voyage à bord de l’Apysa pour remonter le Ta’aro jusqu’au Pamant. Deux évènements ont marqué le début de l’aventure.

  • Un soir, lors d’une halte pour chasser de la nourriture, certains chasseurs de l’Apysa sont tombés nez-à-nez avec un Iguanodon. Le groupe d’aventurier s’est porté à leur secours et terrassa la bête.
  • Un autre jour, l’Apysa croisa une embarcation échoué au milieu du fleuve à la suite de la chute d’un arbre. L’équipe mis pied à terre pour inspecter et tenter de dégager l’épave afin que l’Apysa puisse poursuivre sa route. Ils découvrirent que la chute de l’arbre n’était pas naturelle et que le bateau avait été attaqué. Après un combat contre un crocodile dans la câle, ils poursuivirent un caméléon géant qui avait volé l’arme de la rôdeuse. En le poursuivant, ils se sont fait attaquer par un groupe de Gobelins qu’ils combattirent.

    Les gobelins étaient mené par un barde chantant une drôle de chanson pour motiver ses troupes :

J’ai vu un ptit oiseau,
Avec une jolie tête,
Aussi vite que j’ai pu,
J’ai couru et jme suis assis d’sus
Le ptit oiseau n’a plus
Une si jolie tête !!

Les aventuriers décimèrent la douzaine de gobelins.
Certains réussirent à s’enfuir dans la jungle et 4 furent fait prisonniers et ramenés à l’Apysa.

Prochaine Séance

Le Capitaine Ned Olegon a ordonné que le lendemain, pendant qu’une équipe débloquerait la voie de navigation, un groupe d’aventurier retournerait dans la jungle avec trois missions :

  1. Trouver des survivants de l’épave.
  2. Essayer d’entrer en contact pacifique avec les Gobelins.
  3. En apprendre le plus possible sur eux
View
Résumé Séance 2
Rencontre du troisième type

Aventuriers présents : Fenril, Fëaelda, Kyo, Yaël, Zanthia

Lors de cette seconde séance, les aventuriers s’enfoncèrent dans les profondeurs de la jungle à la recherche des étranges et joviales créatures dans l’espoir de retrouver les potentiels survivants de l’épave et de créer un lien pacifique avec cette forme de vie “intelligente”.

La piste

Après être retourné sur les lieux de l’affrontement, le groupe parvint à pister les créatures jusqu’à un ravin qui semblait être un passage utilisé par les curieux lutins. N’écoutant que leur courage, les aventuriers escaladèrent les parois pour déboucher sur l’entrée d’une grotte. Ils s’enfoncèrent dans les entrailles de la Terre et suivirent les galeries étrangement éclairées par des champignons visiblement cultivés pour tomber nez à nez avec un scorpion géant qui ne fit pas long feu devant leur habileté au combat

Les souterrains

Après cette petite victoire, le groupe poursuivi sa route pour découvrir un lutin cultivateur de champignon visiblement formé à l’art des arcanes puisqu’il n’eut de cesse d’incanter des sorts même quand les aventuriers prouvèrent leur motivation pacifique. Ne pouvant rien tirer de cette créature visiblement inoffensive, ils continuèrent leur chemin pour finalement se faire arrêter verbalement par ce qui semblait être des voix de lutin. Après avoir expliqué qu’ils apportaient des présents en gage de bonne volonté, les gardes laissèrent le groupe libre de s’avancer plus en avant pour découvrir une immense grotte remplie d’activité.

Le village arboricole

Les gardes les accompagnèrent à un grand escalier central qui montait et montait jusqu’à déboucher sous la canopée, dans les plus hautes branches des arbres ou s’étala devant les yeux émerveillés des aventuriers un village d’une taille importante ou les lutins courrait de plateforme en plateforme, s’agrippant aux lianes tels des singes à l’agilité surprenante. Les gardes guidèrent le groupe à travers les constructions primaires jusqu’à une grande place où un grand nombre de gobelin s’attroupa autour d’eux, les yeux brillants d’une convoitise non dissimulée et le groupe compris qu’ils en étaient la cible et que les anciens navigateurs avaient probablement servis de repas à ces créatures étranges. Peu après le lutin chanteur à la peau bleue arriva, écouta les aventuriers et les invita au festin organisé pour leur arrivée.

Le festin

Après avoir été conduit sur une plateforme nettement plus grande que les précédentes, les aventuriers assistèrent à l’arrivée du chef du village. Assis sur un trône porté par plusieurs autres créatures, il s’installa à la table et le festin commença. Au bout d’une longue attente où les centaines de créatures entourant le groupe festoyèrent sans modération, le chef gobelin annonça une épreuve pour juger de la dignité des aventuriers. Après une courte attente, des créatures massives recouvertes de mousse sautèrent sur la plateforme. Après un combat héroïque où les aventuriers utilisèrent le feu qui semblait effrayer et affaiblir les monstres et les lutins, le groupe profita de la confusion pour s’enfuir non sans peine.

La fuite

Rassemblant tout leur courage, les aventuriers coururent vers l’escalier qu’ils avaient emprunté en taillant leur route dans la chair et le sang des lutins ne voulant pas laisser s’échapper leur dîner. Après l’avoir rejoint ils repassèrent pas les galeries non sans se heurter à un nid de millier de mille pattes qui vinrent presque à bout de leurs dernières forces et tentèrent de conserver leur courte avance. Après une course poursuite haletante, le groupe parvint à l’Apysa ou un groupe d’aventurier vint à leur rescousse, repoussant les poursuivants

BILAN :

Découvrir le destin des survivants ___ SUCCESS
Créer un lien pacifique _______________ FAIL
Etudier la culture des créatures _____ SUCCESS

View
Séance 3
Fayum, une cité acceuillante

Aventuriers présents :

Fenril Zanthia Yaël Fëaelda

Après presque 3 mois de navigation, l’Apysa arrive enfin au niveau du lac confluent du Ta’aro et du Pamant après avoir croisé le Croc Vert dans le sens opposé.

Surprise, sur la berge nord du lac, un petit village semble s’être édifié et à ses abords une barque de pêche est à l’oeuvre.
N’écoutant que leur courage, les aventuriers ont capturé le pêcheur afin de l’interroger. Il semblerait que Amenemhat, grand prêtre de Sobek se soit proclamé Pharaon sur ces rives. Le petit village a été fondé il y a moins d’un an, et ce grâce à de multiples voyages du Croc Vert : pour y apporter hommes depuis Joayhu et matériaux, vivres depuis le Ta’aro.

Après cet interrogatoire, le Capitaine Olegon décide d’accoster à Fayum en paix, afin de prendre des nouvelles, et d’en profiter pour réapprovisionner les soutes ou commercer un peu.
Le Pharaon Amenemhat accepte de le recevoir, escorté par des aventuriers. Ils apprennent que la ville s’édifie comme une cité libre pour tous les disciples de Sobek, une cité qui ne cherche cependant pas à entrer en conflit avec Joayhu. Mais à la droite du Pharaon se tient un prêtre marqué par un combat récent, Oenas.
Il leur apprend que Fayum est attaqué par des araignées géantes, et que leur expédition au sein de leur nid pour éradiquer la menace s’est soldé par la mort des disciples qui l’accompagnaient. En particulier, Peribsen, un autre grand prêtre de Sobek et ancien bras droit du Pharaon a trouvé la mort lors de cet affrontement.
Le Pharaon Amenemhat a donc demandé à Olegon de dépêcher un groupe d’aventuriers pour terminer le travail et récupérer le corps de Peribsen. En échange l’Apysa sera considéré comme un allié précieux de Fayum.

Olegon accepte et le groupe d’aventurier est rapidement formé. Oenas leur indique le chemin le plus adapté pour rejoindre la tanière des araignées, qu’il leur demande d’exterminer.

Les braves se mettent en route. Après plusieurs heures de marche, ils rencontrent une araignée immobile, de la taille d’un chien, sur une souche. S’approchant pour la tuer, ils tombent dans un piège : l’araignée était morte, et servait de leurre à un Pipeau qui infligea de lourdes blessures au groupe, et en particulier à Fenril qui se retrouve infecté par l’abberation. Après délibération, le Magus décide d’attendre plus tard pour procéder à l’extraction du parasite.

La forêt se couvre de toile au fûr et à mesure qu’ils se rapprochent du nid… Puis c’est au tour des nuées d’araignées de les assaillir, largement repoussées par les bombes de l’alchimiste. Deux cocons humanoïdes sont rapidement repérés. Cependant, mysterieusement, les cadavres de disciples ne sont pas restés morts et attaquent les aventuriers ! Ces derniers en viennent à bout et repèrent l’entrée du cœur du nid : un tunnel de toile qui s’élève dans les arbres avant de plonger dans le sol.
Ils découpent alors la toile et pénètrent dans l’antre, attachés au bout d’une corde. Cependant, surprise là encore, ce n’est pas une araignée géante classique qui les attaque, mais une araignée mort vivante qui grouille de petites araignées. Le combat est acharné et à l’avantage de cette dernière, qui manque de décimer les rangs du groupe.
Mais ce dernier n’est pas au bout de ses peines, en ressortant de l’antre il est attaqué par la panthère de Fealda. Celle ci a été tuée et s’est elle aussi relevée dans la non-vie. L’auteur de ces faits n’est autre que Peribsen, lui aussi transformé en zombi. Après les avoir vaincu non sans mal, les aventuriers découvrent une blessure profonde de dague dans le dos du grand prêtre, probablement cause de sa mort.

De retour aux abords de Fayum avec les deux corps, les aventuriers affaiblis sont victime d’une double boule de feu qui leur enlève leurs dernières forces.

Ils se réveillent successivement quelque temps plus tard… Ils sont enfermés, nus, et incapable d’utiliser leurs sorts ou pouvoirs magiques…

View
Résumé Séance 4
La grande évasion

Aventuriers présents : Fenril, Fëaelda, Kyo

Lors de cette quatrième séance, les aventuriers tentent de s’échapper de la prison de Fayum. Quels terribles dangers vont-ils rencontrer ? Quel est le motif de leur capture ? Quel est l’impact du réchauffement climatique sur notre intrigue ?… Les réponses… maintenant !

Le réveil

Les aventuriers se sont réveillés dans des geôles humides et sombres, certains entourés de leurs camarades, d’autres seuls, et tous délestés de leurs pouvoirs magiques. Alors que le groupe envoyé dans la forêt n’a aucune idée de la raison de leur capture, ceux qui étaient encore sur le bateau leur expliquent qu’ils ont été accusé d’avoir essayé d’attenter à la vie du pharaon. N’acceptant pas cette situation, les aventuriers décident de s’évader.

L’évasion

Kyo crocheta la serrure de sa prison grâce à un os trouvé dans sa cellule. Enfin libre il déverrouilla plusieurs autres portes et libéra ainsi bon nombre de ses compagnons. Fort de leur avantage de surprise, ils montèrent un plan pour prendre le contrôle des geôles. Ils maîtrisèrent un garde puis un second, et Kyo se lança courageusement à la poursuite du troisième malgré sa faiblesse physique et entama une lutte acharnée. Alors que le combat tourne en faveur du ninja, le garde lance une attaque avec l’énergie du désespoir, atteint Kyo avec une violence inimaginable et le décapite avant de s’effondrer à son tour.

L’homme au masque de fer

Surmontant leur chagrin, les aventuriers récupèrent les clés et libèrent le reste de leurs compagnons, les marins et le capitaine. Interrogeant un des gardes, les aventuriers découvrent où sont cachés leur équipement et, grâce aux talents de l’alchimiste, parviennent à fragiliser la serrure et récupèrent leurs affaires. Ils ouvrent également une autre porte qui donne sur une cellule où est attaché un homme visiblement affaibli par son emprisonnement et dont le visage est caché par un masque l’empêchant même de parler. Ne sachant qui il est, les aventuriers décident de l’emmener avec eux.

Des ombres dans la ville.

Le groupe décide alors de fuir la ville en rejoignant l’Apysa. Enfilant les habits de garde, Fenril le magus, Feäelda la rodeuse et Tarkus l’ensorceleur sortent de la prison et s’enfoncent dans les ténèbres nocturnes. Ayant repéré les lieux sans se faire trop remarquer, ils revinrent vers leurs camarades pour échafauder un plan. Ils décident d’attirer le guet de nuit dans la prison pour s’en débarrasser et pouvoir tranquillement profiter du sommeil de la ville pour embarquer sur l’Apysa.

La fuite précipitée

Le groupe tente donc d’attirer les gardes qui malheureusement découvrent la supercherie. C’est l’état d’alerte. Malgré tout, les aventuriers arrivent à venir à bout des gardes et décident de tenter le tout pour le tout. Fenril part en tête pour arriver sur l’Apysa et sécuriser la zone, Feäelda s’occupe de l’arrière garde et les autres aventuriers s’occupent de protéger et aider les marins. Alors qu’ils gèrent sans trop de soucis les gardes, un homme semblant maîtriser la magie invoque des démons au quai de l’Apysa et des boules de feu sur les fuyards. Alors que le rôdeur tente de mettre à terre le prêtre sous un feu nourri de flèche, Fenril s’occupe des démons. Une fois que les survivants ont tous passé le quai, le groupe usa de la masse de roc pour décourager les poursuivants.
Avec hâte, les marins lancent l’Apysa sur le fleuve.

La révélation

Après avoir mis suffisamment de distance entre eux et la Fayum, le groupe descellèrent le masque du prisonnier inconnu et découvrent avec stupeur qu’il s’agissait en fait du pharaon.
Sans comprendre qui tiens exactement les rênes de cette intrigue les aventuriers décident d’éclaircir cela en planifiant un retour en ville.
Pour leur courage et leurs initiatives, le capitaine nomme Fenril, Feäelda et Tarkus lieutenants de l’Apysa.

View
Séance 5 - Mémoires
La pieuvre et le traître prêtre

Aventuriers présents : Amalia, Fëaelda, Fenril, Fraethor, Zanthia

Zanthia passa les doigts sur la cicatrice en bas de son ventre. Elle n’était plus douloureuse mais elle n’avait réussi à être entièrement effacée malgré les soins prodigués par les prêtres de Fayum. Elle resta songeuse quelques temps, la plume à la main, avant de se mettre à coucher ses aventures de la journée dans son petit cahier.

Après l’échappée mouvementée et dramatique d’aujourd’hui, nous n’avons même pas eu le temps de pleurer Kyo qui était mort en héros pour nous permettre de nous enfuir.
L’homme masqué que nous avons ramené sur le bateau n’était autre qu’ Amenemhat, le pharaon de Fayum. Après de rapides explications, nous avons compris qu’il avait été trahi par Oenas puis enfermé dans le cachot où nous l’avons trouvé. Les nouveaux lieutenants de l’Apysa se sont entretenus avec le pharaon et Olegon pour décider de la suite des évènements et il a été convenu de retourner à Fayum pour confondre le traître et restituer à Amenemhat la place qui lui revient.

Olegon nous a alors proposé d’utiliser l’ Ilus, un submersible, pour nous permettre d’approcher du village le plus discrètement possible sans déclencher l’alerte. Ce que nous avons bien évidemment accepté.
L’Ilus avait une forme de crabe géant, j’ai été impressionnée par la qualité de la ressemblance mais autant il paraissait grand de l’extérieur, autant l’intérieur était particulièrement exigu. Olegon a estimé qu’il nous faudrait à peu près 30h pour remonter le fleuve par le fond et arriver jusqu’à Fayum.

Fraethor, un jeune paladin qui était resté discret jusqu’à présent, s’est joint à notre groupe pour la mission et nous avons embarqué à 6 dans l’Ilus (Amalia, Fëaelda, Fraethor, Fenril, Amenemhat et moi).

Autant vous dire que le voyage ne fut pas de tout repos. Nous avons d’ailleurs bien failli ne pas partir quand nous avons découvert une fuite une fois l’Ilus mis à l’eau, mais grâce aux talents d’ Amalia, elle a vite été colmatée. L’habitacle était beaucoup trop petit pour contenir correctement 6 personnes et fourmis et courbatures se sont rapidement fait sentir. D’ailleurs, on avait beau être sous l’eau, il faisait une chaleur écrasante dans l’Ilus et après seulement 4h de voyage, nous avons du faire une pause tellement l’atmosphère devenait irrespirable.

Nous en avons profité pour discuter un peu de notre plan d’attaque à l’abri de la mangrove. La palissade autour de Fayum devait faire entre 3 et 4m de haut et n’était a priori pas cassable aisément. Fenril avait quant à lui une solution à nous proposer : il pourrait se faire léviter et nous faire entrer un à un dans l’enceinte du village. Ce qui nous paraissait raisonnable.
Encore fallait-il arriver au village, ce qui n’était pas gagné.

Vers 4h du matin le lendemain, j’ai estimé que nous étions à environ 5-7h d’arriver au village. Nous avons alors décidé d’accoster et de nous reposer jusqu’à la nuit. Cela devenait particulièrement nécessaire pour Amalia et Fëaelda qui semblaient épuisée. Hormis la visite d’une panthère qui a vite déguerpi pendant le tour de garde du magus, notre sommeil n’a pas été troublé et tout le monde a pu reprendre des forces.

Nous avons repris la route après midi et nous sommes arrivés sans encombre au niveau du lac. A ce moment, nous avons été surpris de nous rendre compte que le sol descendait en pense et nous avons commencé à nous retrouver dans le noir le plus complet. Après avoir percuté ce qui semblait être un rocher, une nouvelle fuite est apparue dans l’Ilus et Amalia a pu la réparer une fois de plus. Craignant de n’abîmer plus notre véhicule, nous avons allumé les lumières. Peu de temps après, il nous a semblé sentir que l’Ilus n’avançait plus, et qu’une tension s’exerçait sur ses parois. C’est alors que nous avons remarqué avec horreur qu’une énorme ventouse était collée à notre hublot, laissant présager la taille de la pieuvre qui avait décidé de nous prendre pour repas.

Nous avons entendu un craquement sinistre et 3 brèches sont apparues dans la coque, desquelles l’eau s’est engouffrée pour commencer à remplir rapidement l’habitacle. Amalia ne pouvait rien faire et nous regarda d’un air désolé et dépité. Fëaelda actionna la manette pour faire remonter l’Ilus malgré l’étreinte tandis que Fenril et Fraethor ont commencé à manipuler les commandes des pinces de notre submersible et alors que l’eau continuait de monter dans la cabine, ils ont réussi à tuer la pieuvre. Mais nous n’étions pas encore sorti de la berge de l’auberge. J’ai tenté de colmater quelques brèches avec de la glace alchimique, ce qui a permis de nous donner un peu de sursis avant de devoir quitter l’embarcation, mais l’eau continuait de monter dangereusement. J’ai tenté d’ouvrir l’écoutille mais la pression de l’eau était trop forte, ce qui ne signifiait qu’une seule chose : je devais attendre d’être moi-même sous l’eau avant de réussir à l’ouvrir !

J’ai alors vite avalé un extrait que j’ai eu la présence d’esprit de préparer aujourd’hui. C’était la première fois que j’avalais cette décoction et même si j’en connaissais les effets théoriques, j’ai été surprise de voir des filaments pousser entre mes doigts, puis commencer à s’épaissir jusqu’à donner à mes mains l’apparence de palmes. Un rapide coup d’oeil à mes bottes me fit remarquer que mes pieds palmés avaient carrément fusionné avec !
Il était temps de sortir de l’Ilus. Juste derrière fois se trouvait Amenemhat que j’ai aidé à sortir. Agile comme une anguille, Fëalda a réussi à sortir sans encombre mais juste derrière elle, Amalia semblait rencontrer plus de difficultés. . J’ai à peine eu le temps de l’aider à s’extraire que l’Ilus qui flottait entre deux eaux s’est mis à sombrer au fond du lac. Me rappelant que le paladin avait une armure et qu’il risquait de ne pas réussir à nager, j’ai plongé dans les profondeurs pendant que Fëaelda aidait Amalia au bord de l’asphyxie à remonter à la surface.
Fenril, qui avait réussi à sortir, était resté près de l’ouverture de l’écoutille. Fraethor, encore à l’intérieur, se débattait avec son armure et n’arrivait pas à sortir du submersible. Peut-être était-ce la panique, mais ses gestes lourds n’aidaient pas à la manœuvre. J’ai alors enduit l’ouverture d’une couche de graisse poisseuse. A peine l’avais-je appliquée qu’elle commençait à se dissoudre dans l’eau mais cela suffit pour faire sortir Freathor qui s’extirpa par l’ouverture.
Fenril a alors pris le relais et l’a porté jusqu’à la surface, visiblement sous l’effet d’un quelconque sort.

Une fois à la surface, tout le monde avait l’air à peu près en forme. Nous étions à moins d’une centaine de mètre de la berge et nous avons nagé sans nous faire repérer. Nous nous sommes rapidement enfoncés dans la forêt et nous avons enfin pu reprendre notre souffle et nous remettre de nos émotions.

Nous avons mis nos vêtements et notre équipement à sécher quelques heures avant de reprendre le chemin une fois la nuit tombée pour de bon. Nous en avons profité pour peaufiner notre plan d’attaque.

Nous sommes arrivés sans encombre (pour une fois!) aux abords de Fayum. Tout était calme et le seul bruit qui venait troubler la nuit était celui de la jungle qui nous entourait. Fenril a incanté le sort de lévitation et il s’est alors élevé dans les airs. Cela lui a permis de nous faire passer un à un par dessus la palissade et personne à l’intérieur du village n’a semblé nous avoir remarqué.
Nous étions alors juste derrière la demeure du pharaon. Amenemhat nous a alors expliqué rapidement que pendant que nous allions tenter de capturer l’imposteur, il allait chercher de l’aide auprès de personnes de confiance.

Nous avons attendu d’une ronde passe pour nous diriger vers l’entrée de la maison. La porte était fermée. J’ai alors montré une nouvelle corde à mon arc en crochetant habilement la porte et nous sommes tous entrés rapidement dans le bâtiment. Il faisait noir et on ne voyait rien du tout. J’ai alors sorti ma torche ioun et c’est alors avec horreur que j’ai vu un nécrophage me foncer dessus et tenter de m’attaquer ! Et il n’était pas seul ! Dans un coin de la pièce se tenait un immonde golem de chair et le rictus sur son visage ne laissait aucun doute sur ses intentions.

J’ai esquivé de peu l’attaque du nécrophage et j’ai réussi à me mettre un peu en retrait pendant que Fenril dont l’arme émettait des éclairs et Fraethor dont l’aisance au combat contrastait avec la lourdeur de son équipement l’ont rapidement mis à terre. Je me souviens d’ailleurs avoir été impressionnée par la puissance des coups portés et être soulagée de savoir que le monstre ne pourrait pas m’attaquer plus. Au même moment, le golem s’en était pris à Fëaelda qui s’est effondrée par terre. J’ai vu Amalia, dépitée, lancer un sort de feu qui est resté sans effet sur le golem (à part peut-être le ralentir) et j’ai fait à peu près la même tête que la magicienne quand je me suis rendue compte que mes bombes ne lui faisait guère plus d’effet. Pendant que Fenril et Fraethor se tournaient vers le golem pour l’attaquer, j’ai foncé vers Fëaelda pour lui faire avaler un extrait de guérison. En passant près du golem, je me suis d’ailleurs prise un énorme coup de poing et j’ai limite été sonnée. L’extrait n’a pas suffi à ranimer la rôdeuse mais au moins je savais qu’elle ne craignait plus rien.. pour l’instant. Du coin de l’oeil, j’ai vu Amalia disparaître littéralement. J’ai compris qu’elle était devenue invisible et j’ai entendu derrière moi une porte s’ouvrir puis se refermer.

Pendant que je veillais sur Fëaelda, Fenril et Fraethor ont fini d’achever le golem, non sans difficulté. Mais là il fallait faire vite. Avec le vacarme que nous venions de faire, nul doute que s’il y avait des personnes à l’étage, ils nous avaient entendus et la dernière chose que nous voulions, c’est qu’ils s’enfuient et préviennent tout le village. Après une rapide canalisation de Fraethor qui a permis à Fëaelda de reprendre connaissance et quelques soins grâce à la baguette magique de la rôdeuse, nous nous sommes dirigés vers la porte qu’avait vraisemblablement empruntée Amalia. Nous avons d’ailleurs croisé (croisé est un bien grand mot puisqu’elle était invisible) la magicienne dans les escaliers qui nous a alors chuchotés qu’elle avait entendu du bruit dans une des deux pièces.

Sans perdre de temps, Fenril a ouvert la porte. Difficile de décrire la pièce tellement il y régnait un désordre sans nom. L’occupant de la pièce avait apparemment pris tout ce qui lui était passé sous la main (meubles, mobilier, et autres objets) pour confectionner des barricades. Et nous ne voyions rien ni personne. Fenril s’est avancé dans la pièce et nous a fait comprendre qu’il avait détecté une présence magique dans le fond de la pièce. A peine eut-il fini qu’il s’est fait attaqué par un cobra. Au gémissement qu’a poussé le magus, nous avons tous compris qu’il avait été mordu mais sans voir ce qu’il s’était passé car il s’est déplacé dans la pièce et le cobra l’a suivi. Fraethor est entré à son tour et pendant qu’ Amalia et moi tentions toutes les deux d’attaquer le serpent à distance, ce dernier a trouvé une faille dans l’armure du paladin et a réussi à y glisser ses dents. Il a fallu attendre que Fëaelda s’attaque elle-même au serpent pour qu’on réussisse enfin à s’en débarrasser.

Nous avons alors tous distinctement entendu quelqu’un au fond de la pièce incanter un sort. Amalia a fait apparaître entre ses mains une énorme boule de feu. L’effet pyrotechnique était vraiment de toute beauté et la magicienne a projeté violemment la sphère dans le fond de la pièce. Dans la foulée, j’ai lancé une bombe au même endroit sans vraiment savoir si cela avait eu de l’effet.

Impossible pour moi de vous raconter la suite du combat. Tout n’est qu’un mélange de souvenirs flous et incohérents. Après coup, je sais que nous avons été victimes d’un sort de confusion et au vu du matériel qu’il me manquait pour fabriquer mes bombe et des traces dans la pièce que nous avons pu inspecter plus tard, je n’ai visiblement pas lancé les bombes au bon endroit et mes amis ont plus souffert de mon habileté que notre ennemi au fond de la pièce. La seule chose donc je me souviens distinctement, c’est la douleur qui m’a vrillée le ventre lorsque Fëaelda m’a enfoncée sa lame dans le bas du ventre. En observant la cicatrice qu’il me reste, je me dis que 2 cm à côté, elle me sectionnait une artère et je ne serais pas là en train de raconter mes aventures.

Nous ne devons notre survie qu’à l’arrivée miraculeuse d’ Amenemhat dans la pièce. Grâce à ses puissants sorts de prêtre, il a réussi à nous libérer de l’emprise de celui que nous combattions et dont nous découvririons bientôt l’identité. Il ne s’agissait ni plus ni moins que d’ Oenas qui avait pris l’apparence du pharaon. Amenemhat s’est précipité vers Fraethor qui gisait par terre (à cause de moi ? Je ne me souviens plus. Mais les traces de brûlure sur son armure me laissent à penser que oui). La jambre du paladin semblait rougeoyer près de la morsure et après un soin du pharaon et de la rôdeuse, il s’est relevé et le rougeoiement s’est arrêté.

Dans la confusion la plus totale, Fenril a réussi à tuer Oenas l’imposteur (qui a repris sa véritable apparence) avant de s’effondrer lui-même au sol. Un soin plus tard, il réussi à se relever… avant de tomber à nouveau au sol, inconscient. Comprenant qu’il avait été victime des mêmes effets que la morsure de Fraethor, j’hurlai à mes camarades de verser de l’eau sur la blessure. Cela eut l’effet escompté immédiat. Le magus était tiré d’affaire.

Je vous passe les détails (d’aucuns diraient que c’est déjà trop tard), mais nous avons découvert après dans une cave de nombreux cadavres étripés et démembrés. Ils avaient visiblement servi à construire le golem de chair, mais c’est un genre de blessure, semblable à celle qu’ Amenemhat avait que nous avons compris qu’ Oenas s’était servi de villageois pour être les hôtes de parasites.
Amenemhat nous a alors expliqué que, dans le but de détruire le monde (et en particulier les Y), Oenas aurait invoqué l’aide du dieu Seth et qu’elle se serait matérialisée sous la forme d’un Xill, une sorte de démon extraplanaire qui peut pondre ses œufs dans ses victimes. Quand les œufs éclosent, les rejetons dévorent leur hôte de l’intérieur et quand il meurt, ils partent dans le plan éthéré. Amenemhat a estimé qu’il y en avait au moins 8 au vu des traces sur les cadavres.

Jamais nous n’aurions pensé que le pharaon nous demanderait une fois de plus notre aide. Alors que nous étions persuadé que nous pourrions reprendre notre voyage sur l’Apysa, il nous a annoncé qu’il voudrait nous envoyer dans ce fameux plan éthéré pour combattre les Xill et éliminer toute menace sur notre monde. Et que cela bien sûr devait passer par l’élimination du Xill primordial. Rien que ça.

Zanthia reposa sa plume près du cahier. Il était tard mais elle était satisfaite d’elle-même. Elle se coupa une fine mèche de cheveux et la plaça entre les pages de son cahier. Elle prit quelques minutes de plus pour relire ses notes sur les nouvelles plantes qu’elle avait découverte depuis sont départ de Joayhu. Peut-être que parmi elles se trouvait celle qui allait enfin pouvoir guérir sa mère Brandywine. Elle se demandait comment elle allait et si son père Kallak tenait le coup.

Ses yeux se fermaient lentement, la fatigue commençait à prendre le dessus. Demain serait sûrement une journée encore plus éprouvante que celle qu’ils venaient de vivre. Elle se leva et se dirigea vers son lit dans lequel elle s’installa confortablement. La dernière pensée qu’elle eut avant de sombrer dans le sommeil fut pour Marko, son fiancé qui lui manquait terriblement.

View
Séance 5 - Résumé
La pieuvre et le traître prêtre

Aventuriers présents : Amalia, Fëaelda, Fenril, Fraethor, Zanthia

La mission

L’homme masqué que les aventuriers ont ramené sur le bateau n’était autre qu’ Amenemhat, le pharaon de Fayum, trahi par Oenas le prêtre. Implorant l’aide des aventuriers, il leur demanda de l’aider à récupérer la place qui lui revenait et de démasquer le traître.

L’Ilus et la pieuvre géante

Olegon eut l’idée d’affrétter pour la troupe un submersible en forme de crabe du nom d’ Ilus, pour atteindre le village sans se faire repérer. Le voyage (qui dura près de 30h) fut éprouvant et faillit même devenir mortel lorsque les aventuriers furent attaqués par une pieuvre géante peu de temps avant leur arrivée au village. Après un combat sous-marin d’où ils sortirent tous indemnes, il arrivèrent aux abords du village alors que la nuit était bien avancée.

L’infiltration

Ils atteignirent discrètement la demeure du pharaon et tandis qu’Amenemhat se chargerait de rallier des villageois à sa cause, les aventuriers devaient capturer l’imposteur. Zanthia crocheta habilement la serrure et dans l’habitation, ils tombèrent nez à nez avec un nécrophage et un golem de chair qu’ils réussirent à battre alors que Fëaelda frôla la mort.

La confrontration

A l’étage, les aventuriers confrontèrent Oenas l’imposteur, qui avait revêtu l’apparence d’Amenemhat et qui avait invoqué un serpent pour le défendre. La rôdeuse n’en fit qu’une bouchée mais le reptile avait eu le temps de mordre le magus et Fraethor le paladin. Alors qu’ Amalia envoyait une sphère de feu pour tenter de blesser Oenas, ce dernier lança un sort de confusion et les aventuriers se mirent à se taper les uns sur les autres (quand ils ne se tapaient pas eux-même). La rôdeuse et le paladin faillirent y perdre la vie !

Le salut

Les aventuriers ne doivent leur survie qu’à l’arrivée miraculeuse du véritable Amenemhat qui dissipa le sortilège dont ils étaient victime eten soignant les inconscients. C’est alors que Fenril porta le coup fatal à Oenas, mettant fin au combat, avant de s’effondrer à son tour sous l’effet de la morsure du serpent.

Quoi encore ?

Une fois remis de leurs émotions, Amenemhat convoqua les aventuriers. Il leur appris l’existence des Xill, des extérieurs interplanaires qu’Oenas avait entrepris de reproduire en se servant des villageois dans le but de se monter une armée infernale. Leur mission étaient désormais d’aller dans le plan éthéré pour combattre les Xill et éliminer toute menace sur le plan matériel. Et cela devait bien évidemment passer par l’élimination du Xill primordial

View
Séance 6
La chasse au Xill

Aventuriers présents : Fëaelda, Fenril, Fraethor
Lors de cette sixième séance, les aventuriers partent tailler du Xill dans le plan éthéré dans l’espoir d’entériner la menace de ces créatures extraplanaires démoniaque et ainsi sauver Fayum ainsi que le monde d’une destruction certaine

La préparation

Suite à la découverte des secrets d’Oenas le traître, le pharaon de Fayum usa de divination pour entrer en contact avec son dieu et en apprendre plus sur le danger que représentait l’invocation du Xill. Il s’est avéré que cet extérieur se cachait dans le plan éthéré et attendait que ses rejetons arrive à maturation, ce qui entraînerait inexorablement Fayum vers un destin funeste. Il fut donc décidé qu’un groupe d’aventurier partirait à la recherche de la créature dans le but de l’occire, elle et tous ses enfants.
Le pharaon prépara donc le rituel pour le voyage interplanaire, tout en prévenant les aventuriers que les dieux avaient fait du plan éthéré leur champ de bataille et que les énergies divines y était déchaînées et extrêmement dangereuses.

La traque

A peine après avoir changé de plan, le groupe subit de plein fouet les effets du surplus de puissance divine, tantôt bénéfique, tantôt affaiblissant. Sans plus tarder ils partirent à la recherche de créatures maléfiques. Il rencontrèrent très vite une abomination volante ressemblant à un énorme œil entouré de tentacule aux extrémités également pourvu d’œil unique lançant des rayons extrêmement dangereux. Après l’avoir occis, ils continuèrent, redoublant d’attention pour finalement tomber sur des créatures apparemment inoffensive, tel des lapins, ou encore des chats mais qui, après leur mort s’avérèrent être des larves de Xill nimbés d’illusion. Les aventuriers pénétrèrent alors dans les geôles, lieu ou la plupart des meurtres avaient été perpétré.

Les geôles

Descendant les escaliers, le groupe s’aventura dans ses anciennes cellules. Ils trouvèrent alors deux enfants enchaînés qui n’étaient finalement qu’une autre illusion des Xill. Alors que les aventuriers exterminaient les ignobles rejetons de la matriarche, celle ci finit par attaquer le groupe, et paralysa la rôdeuse grâce à sa morsure. Lors du combat, le paladin ne pu supporter le surplus d’énergie divine et se retrouva incapable de combattre. Les aventuriers furent finalement sauvé par l’apparition d’une abomination oculaire qui fit fuir le Xill.
Après avoir débarrassé les geôles de toute présence maléfique, le groupe reparti à la chasse, espérant combattre dans un endroit moins exigu.

Combat de titan

Retrouvant l’air libre, le groupe se lança a la recherche de la créature maléfique. Un peu loin dans les habitations de Fayum, ils furent témoin d’une altercation entre une autre énorme abomination combattant contre le Xill. Les aventuriers effectuèrent un mouvement de pince alors que leur cible éviscérait son adversaire. Après une bataille rapide, mais intense, le monstre fut abattu et le groupe revint victorieux sur le plan matériel.

View
Séance 7 et 8
Le repère des fées et le manoir de Lune Noire

Aventuriers présents: Fenril, Fraethor, Mahogani, Trenton, Amalia.

Séance 7:
Après avoir cherché à suivre des traces pour retrouver les marins disparus, les aventuriers sont tombés nez-à-nez avec une fée qui semblait tout à fait bien attentionnée. Arrivés au camp des fées, celles-ci ont déclaré aux aventuriers qu’ils étaient désormais leurs prisonniers. Elles informèrent qu’un Elfe noir nommé Lune Noire emportait des fées régulièrement afin de s’en servir pour son bon plaisir. Lorsque le nom de Lune Noire fût prononcé l’épée de Fenril commença a vibrer comme si elle brûlait de se battre. Les aventuriers s’échappèrent du repère des fées pour se diriger vers le manoir de Lune Noire.

Séance 8:
A l’aube les aventuriers se retrouvèrent au bord de la propriété de Lune Noire. Soudain, un roublard sortit d’un buisson. Il expliqua qu’il s’était aussi enfui quand les aventuriers avaient fait diversion pour sortit du repère des fées. Ils décidèrent de rester ensemble. Chacun grimpe à un arbre afin de voir le manoir du dessus. Les aventuriers escaladent la grille et passent par dessus avec plus ou moins de discrétion et d’agilité. Afin de monter plus facilement Fraethor emprunte la corde d’Amalia. Arrivés au pied de la grille, les aventuriers sont surpris par des loups morts-vivants qui les attaquent. Amalia est prise au dépourvu et se fait mordre tandis que Fenril tente d’attaquer mais se fait mettre à terre par un loup. Fraethor coupe deux loups en deux morceaux et une fée jaillit des morceaux de chairs et passent à travers les aventuriers. Un loup attaque le roublard. Une fée repasse sur la magicienne. Le paladin coupe en 2 le dernier loup. Mahogani blesse une fée pendant le combat.
Afin d’entrer dans le manoir, Trenton le roublard monte à la fenêtre du premier étage et l’ouvre. Une petite fille dort dans la pièce. Fenril suit et tente d’assommer la petite fille avant qu’elle ne se réveille. A sa grande surprise, elle l’attaque et le mord, il tente de se défendre mais elle résiste à l’électricité. Les autres aventuriers montent pour atteindre la chambre et aider les autres mais elle résiste aussi au feu. Pendant un combat sans merci contre cette monstrueuse petite fille égorgée et coriace, un golem de charogne entre dans la pièce. La putréfaction de ce golem affaibli les aventuriers, mais Fraetor dans un élan de force et de bravoure transperce le golem de sa longue épée. La petite fille égorgée ne résiste pas aux nombreux coups portés par les projectiles qu’elle reçoit malgré sa ruse. A l’issu des combats, les aventuriers trouvent un anneau magique de protection, une veste magique absorbante, une épée longue de maître, 2500 po, et quatre potions qu’ils se partagent. Ils se rendent dans la pièce voisine dans laquelle ils découvrent un passage secret qui donne sur une chambre. où ils trouvent des parchemins ainsi qu’un livre écrit en abyssal. Ils redescendent ensuite l’escalier et entrent dans une pièce sur leurs gardes. Dans la pièce, un affreux mort-vivant déguisé en soubrette les attendent. Freathor n’hésite pas à l’attaquer et abat le monstre d’un coup d’épée. Les aventuriers s’apprêtent ainsi à entrer dans la pièce suivante mais lorsque le voleur s’approche de la porte, une brume vampirique l’attaque et s’enfui après avoir subi quelques assaults. Ensuite, arrivés dans les cuisines, Fenril trouve une cruche d’eau intarissable. Les aventuriers n’écoutant que leur courage poursuivent la recherche de Lune Noire et des marins disparus en entrant dans un garde-manger où ils font face à un champignon dont ils sont venus à bout. Ils font face désormais à un escalier s’enfonçant dans les sous-sols du manoir.

View

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.